Peut-on vraiment dire que l’ACT est une thérapie empiriquement validée ? (Oui)

L’ACT est un processus thérapeutique qui se fonde en psychologie cognitive sur la théorie des cadres relationnels. En l’état actuel des choses, je n’y connais quasiment rien sur la TCR car comme je vous l’ai dit je ne suis pas encore formé à l’ACT. Toutefois je peux dire que c’est un modèle tentant de décomposer le fonctionnement psychologique du cerveau humain sur des bases rigoureuses, notamment en faire des liens entre le langage et la cognition. Il repose lui même sur l’approche du « contextualisme fonctionnel » en philosophie.

C’est une approche récente, car la première publication de la thérapie ACT date de 1999:

Hayes, S. C., Strosahl, K. D., & Wilson, K. G. (2009). Acceptance and commitment therapy. American Psychological Association.

Bien entendu, on n’a pas attendu 1999 pour découvrir ces processus, qui sont aussi vieux que l’humanité et son système nerveux. Toutefois, l’ACT permet de rendre explicite ce qui était jusqu’alors implicite et découvert parfois par certaines personnes de part leur expérience de vie. Pratiquer les exercices de l’ACT permet en gros de gagner du temps, pour apprendre des compétences qui vont vous faciliter la vie.
Si on sait que cela facilite la vie,  c’est parce qu’on a des méta analyses qui vont dans ce sens, et il n’y a rien de plus solide comme preuve scientifique (donc de preuve tout court) que les méta analyses. 

Je vous avoue toutefois qu’en voulant vous citer des méta analyses sur le sujet, je me suis rendu compte que c’était vachement plus complexe et chronophage que prévu. Je vais vous expliquer ma méthode (critiquable, et n’hésitez pas à me suggérer des pistes d’amélioration) :

J’ai été sur google scholar, j’ai tapé « Acceptance and commitment therapy meta analysis » pour prendre les premiers documents en PDF qui me tombaient sous la main, convaincu qu’ils diraient en gros tous la même chose, que l’ACT c’est super et que ça marche. Parce que c’est ce que j’ai toujours entendu à son sujet (je n’ai jusqu’à aujourd’hui côtoyé que des gens qui adorent ou des gens qui ne connaissent pas)

Les deux premières méta analyses (notez qu’elles sont écrites par la même personne, et on verra par la suite que c’est important) disaient ça:

« none of the third wave therapies fulfilled the criteria for empirically supported treatments » (source

Traduction de Öst 2008: « Aucune des approches de la troisième vague des TCC ne remplit actuellement les critères pour constituer un traitement empiriquement validé. »

« An evidence-base evaluation showed that ACT is not yet well-established for any disorder. It is probably efficacious for chronic pain and tinnitus, possibly efficacious for depression, psychotic symptoms, OCD, mixed anxiety, drug abuse, and stress at work, and experimental for the remaining disorders » (source)

Traduction de Öst 2014: « Une évaluation basée sur des preuves a montré que l’ACT n’est encore solidement établie pour aucun trouble. C’est probablement efficace pour les douleurs chroniques, la dépression, les symptômes psychotiques, les TOC, les troubles anxieux mixtes, les consommations de substances, le stress au travail, et demeure expérimental pour les troubles restants. »(C’est le même auteur qui a publié les 2 méta analyses mais on voit quand même que son discours a un peu évolué en 6 ans)

Alors du coup moi en lisant ça je me suis dit, bah merde, en fait l’ACT c’est pas du tout aussi solidement validé par la science que le mec (Russ Harris) passe son temps à le dire dans son livre. Est-ce que je me suis fait berné par un charlatan qui me vend son truc ? Est-ce que les TCC et l’ACT c’est de la merde, en fait, mais personne le sait ? En l’état, je n’avais aucun moyen de le savoir, je manquais d’informations. 

Après en avoir un peu discuté avec un collègue, j’ai décidé de télécharger toutes les méta analyses sur l’ACT que j’ai trouvé sur les 10 premières pages de résultats de recherches, après avoir tapé « Acceptance and commitment therapy meta analysis » sur Google scholar. (les 5 dernières pages, c’était plus trop des méta analyses d’ailleurs, plutôt des trucs genre « ACT vs TCC », donc je me suis dit que j’avais déjà de quoi faire)

Pour être honnête, je ne sais pas vraiment comment procéder si je veux avoir TOUTES les méta analyses qui ont jamais été publiées sur l’ACT au monde, ce qui me permettrait de pouvoir me faire un avis moi même sur l’état de la science au sujet de l’efficacité de l’ACT. Ne sachant pas comment être certain d’avoir TOUTES les méta analyses, j’ai pris les publications avec des titres intéressants sur les 10 premières pages. Et j’ai pris tout ce que j’ai trouvé ou il y avait « meta analysis » dans le titre.
J’ai pas continué à faire défiler les pages, quand j’ai vu qu’il y avait 152 000 résultats avec ces seuls mots clés (22 000 avec ACT entre guillemets). Je me suis dit que j’allais pas non plus passer ma vie à faire ça juste pour cet article et que j’avais déjà une dizaine de résumés à lire pour voir ce qui se dégage (c’est déjà mieux que juste les 2 premières publi de Öst en 2008 et 2014), ça permettait d’avoir davantage d’informations pour me faire un avis.

Pour savoir ce que j’ai, j’ai tout DL sur mon disque dur (merci sci-hub) comme ça si je trouve par la suite de nouveaux articles je pourrai les ajouter à ma base de données, et éventuellement ici aussi. Du coup voici ce que j’ai trouvé par ordre chronologique (vous pouvez trouver les articles en PDF en bas de l’article):

Butler, A. C., Chapman, J. E., Forman, E. M., & Beck, A. T. (2006). The empirical status of cognitive-behavioral therapy: a review of meta-analyses. Clinical psychology review26(1), 17-31.

Ca c’est un article qui fait le bilan de 16 méta analyses sur les TCC (comme ca j’ai pas besoin de m’embêter à aller les lire moi même, même si techniquement je pourrais), et il est plutôt clair dans ses conclusions:

« Large effect sizes were found for CBT for unipolar depression, generalized anxiety disorder, panic disorder with or without agoraphobia, social phobia, posttraumatic stress disorder, and childhood depressive and anxiety disorders. Effect sizes for CBT of marital distress, anger, childhood somatic disorders, and chronic pain were in the moderate range. CBT was somewhat superior to antidepressants in the treatment of adult depression. CBT was equally effective as behavior therapy in the treatment of adult depression and obsessive-compulsive disorder. Large uncontrolled effect sizes were found for bulimia nervosa and schizophrenia. The 16 meta-analyses we reviewed support the efficacy of CBT for many disorders. While limitations of the meta-analytic approach need to be considered in interpreting the results of this review, our findings are consistent with other review methodologies that also provide support for the efficacy CBT. »

Ouf, il semble donc que les TCC soit bien efficaces pour pleins de troubles différents, et qu’on ait de bonnes raisons de le penser (c’est pas juste des témoignages subjectifs). Non parce que en doutant de l’ACT je commençais même à douter des TCC en général. On est jamais trop prudent. Et puis vu que beaucoup d’études ensuite comparent l’ACT aux TCC, il fallait bien au moins un argument en faveur de l’efficacité des TCC.

***

Forman, E. M., Herbert, J. D., Moitra, E., Yeomans, P. D., & Geller, P. A. (2007). A randomized controlled effectiveness trial of acceptance and commitment therapy and cognitive therapy for anxiety and depression. Behavior modification31(6), 772-799.

Ca c’est du coup un des plus vieux articles que j’ai trouvé sur l’étude de l’efficacité de l’ACT. En gros, l’article compare l’ACT et les TCC classiques sur des anxieux et des déprimés. Un groupe de patients faisait de l’ACT un autre des TCC.
Les deux groupes allaient mieux après, mais pas en ayant travaillé de la même façon (vu que c’est pas du tout les mêmes méthodes)
Il semble donc que l’efficacité de l’ACT est équivalente à l’efficacité des TCC classiques d’après cette étude.

***

Öst, L. G. (2008). Efficacy of the third wave of behavioral therapies: A systematic review and meta-analysis. Behaviour research and therapy46(3), 296-321.

Bon, cet article explique que plusieurs courants ont émergé sous l’appellation de « troisième vague de TCC », incluant l’ACT, la thérapie béhavioriste dialectique, et d’autres trucs (que je connais pas donc j’osef, allez voir la ref si vous voulez).
En gros ce qu’il dit c’est que les méthodes d’évaluation utilisées étaient vachement moins solides que les études concernant les TCC plus classiques, et que du coup c’est pas super fiable pour valider empiriquement ces nouvelles approches de la thérapie cognitive. Et en gros il propose des conseils pour améliorer les évaluations de ces psychothérapies pour qu’elles soient plus solidement validées par l’expérience.

***

Gaudiano, B. A. (2009). Öst’s (2008) methodological comparison of clinical trials of acceptance and commitment therapy versus cognitive behavior therapy: Matching Apples with Oranges?. Behaviour Research and therapy47(12), 1066-1070.

Alors cet article est une réponse à l’article d’au dessus (jcrois il était chonchon mdr). « Comment ca l’ACT est pas une thérapie empiriquement validée?!? Non mais en vrai mec tu as fait de la merde, et ton travail a aussi de sérieux problèmes, tu favorise les études qui promeuvent la TCC classique, tu omet de mentionner des articles sur l’ACT. On peut rien tirer de pertinent de ton article moisi mon pauvre :/ rien qui ne puisse déjà figurer dans les études sur l’ACT elles-même en fait. C’est juste inhérent à toute approche thérapeutique émergente, ce que tu dis. »

***

Powers, M. B., Vörding, M. B. Z. V. S., & Emmelkamp, P. M. (2009). Acceptance and commitment therapy: A meta-analytic review. Psychotherapy and psychosomatics78(2), 73-80.

L’ACT est clairement mieux que l’effet placebo, mais pas mieux que les autres thérapies en place. Du moins pas en l’état actuel de nos connaissances.

***

Levin, M., & Hayes, S. C. (2009). Is acceptance and commitment therapy superior to established treatment comparisons. Psychotherapy and psychosomatics78(6), 380.

« Euh, eh Powers et al (2009), comment ca l’ACT n’est pas mieux que les autres thérapies déjà établies? En vrai, si on tient compte de certaines erreurs dans vos données, l’ACT est mieux que les autres thérapies en place. Vous verrez, avec les prochaines études qui arrivent, vous verrez 😉 »

« Euh, bah on a trouvé que l’ACT était plus efficace que le groupe contrôle (traitement pharmacologique seul, placebo et liste d’attente), c’est vrai. Mais on a pas trouvé de différence entre ACT et TCC et consort. Vous dites un peu de la merde. De toute façon, il faut d’autres études pour vraiment bien comparer ACT et le reste bien comme il faut. Alors arrêtez de critiquer ce qu’on dit et faites votre Job et publiez d’autres trucs mieux que ça et c’est tout. »

***

Pull, C. B. (2009). Current empirical status of acceptance and commitment therapy. Current Opinion in Psychiatry22(1), 55-60.

Bon, il nous faut vraiment plus d’études pour savoir si l’ACT c’est juste aussi bien que les autres thérapies, ou si c’est mieux. Moi jsuis avec vous, les gens !!!

***

Hofmann, S. G., Sawyer, A. T., & Fang, A. (2010). The empirical status of the “new wave” of cognitive behavioral therapy. Psychiatric Clinics33(3), 701-710.

Cette étude s’intéresse à la validité des différentes approches de la troisième vague. Mais dans cet article on s’intéresse pas aux autres approches, après allez voir si vous voulez.
L’ACT vient de la TCR qui essaie de comprendre les liens entre cognition et langage. Cela vient par ailleurs de ce qu’en philosophie on appelle le fonctionnalisme contextuel.
Il y a actuellement 2 méta analyses qui ont étudié l’efficacité de l’ACT: Ost de 2008 et Powers et al de 2009 (voir au dessus), et du coup ils disent pas grand chose de plus que ce qu’on a déjà dit au dessus. A part ce qu’on sait déjà, que l’ACT et les TCC sont très différentes au niveau de leur support théorique, notamment vis à vis du rôle des cognitions qui sont en ACT comprises comme étant des comportements.
Bref, comme tout le monde le dit, on verra avec l’avancement de la recherche quoi.

***

Bach, P., Hayes, S. C., & Gallop, R. (2012). Long-term effects of brief acceptance and commitment therapy for psychosis. Behavior Modification36(2), 165-181.

(Je sais c’est pas une méta analyse mais j’ai aussi pris des titres qui m’intéressaient dans le lot des résultats de recherches des 10 premiers résultats)

Impact d’une intervention en 4 séances d’ACT sur la réhospitalisation durant les 4 prochains mois, en comparaison d’un traitement usuel (je sais pas si c’est genre une TCC ou juste un traitement pharmacologique, quand ils disent TAU, mais ils le disent souvent)
L’étude porte sur 80 patients psychotiques.
Les patients qui on fait de l’ACT ont eu moins de ré-hospitalisation 4 mois plus tard et aussi 1 an plus tard.

***

Thorsell, J., Finnes, A., Dahl, J., Lundgren, T., Gybrant, M., Gordh, T., & Buhrman, M. (2011). A comparative study of 2 manual-based self-help interventions, acceptance and commitment therapy and applied relaxation, for persons with chronic pain. The Clinical journal of pain27(8), 716-723.

ACT VS Relaxation, FIGHT ! L’étude étudie l’utilité de 2 bouquins d’auto-coaching, un des bouquins est basé sur l’ACT, l’autre sur la relaxation.
Avec l’ACT, on observe davantage d’acceptation de ses émotions et d’amélioration de satisfaction de vie, une importante diminution de la douleur avec l’ACT aussi, plus qu’avec la relaxation.
Dans les deux cas, c’est utile pour diminuer le niveau de dépression et d’anxiété.

***

Arch, J. J., Eifert, G. H., Davies, C., Vilardaga, J. C. P., Rose, R. D., & Craske, M. G. (2012). Randomized clinical trial of cognitive behavioral therapy (CBT) versus acceptance and commitment therapy (ACT) for mixed anxiety disorders. Journal of consulting and clinical psychology80(5), 750.

ACT vs TCC classique. Je comprend pas tout ce qui est dit dans le résumé (et j’ai pas le temps pour le moment de lire le contenu détaillé des articles) donc je vous le met ici:

« During follow-up, ACT showed steeper linear CSR improvements than CBT (p.05, d1.26), and at 12-month follow-up, ACT showed lower CSRs than CBT among completers (p .05, d 1.10). At 12-month follow-up, ACT reported higher AAQ than CBT (p .08, d 0.42; completers: p .05, d 0.56), whereas CBT reported higher QOLI than ACT (p .05, d 0.42). Attrition and comorbidity improvements were similar; ACT used more non-study psychotherapy at 6-month follow-up. Therapist adherence and competency were good; treatment credibility was higher in CBT.
Conclusions: Overall improvement was similar between ACT and CBT, indicating that ACT is a highly viable treatment for anxiety disorders. »

Visiblement, L’ACT est efficace pour traiter l’anxiété, mais les gens ont quand même globalement plus confiance en les TCC classiques dans l’étude du moins.

***

Jiménez, F. J. R. (2012). Acceptance and commitment therapy versus traditional cognitive behavioral therapy: A systematic review and meta-analysis of current empirical evidence. International journal of psychology and psychological therapy12(3), 333-358.

Il y a encore aujourd’hui des controverses sur la validité empirique de l’ACT. Nous, ce qu’on va faire, c’est une méta analyse à partir des études qui comparent ACT et TCC classique. Soit 60 études.
Il semblerait d’après nos résultats que l’ACT soit quand même vraiment sympa. En particulier dans sa capacité à crée du changement (« process of change »), ou l’ACT a un impact, mais pas la TCC classique.
L’ACT serait-elle plus efficace pour changer la vie des gens que les TCC? Hmmm. Ou alors c’est moi qui sait pas lire l’anglais, c’est possible aussi. Dites moi si vous avez un avis.

***

Bach, P., Gaudiano, B. A., Hayes, S. C., & Herbert, J. D. (2013). Acceptance and commitment therapy for psychosis: intent to treat, hospitalization outcome and mediation by believability. Psychosis5(2), 166-174.

Bon, c’est pas une méta analyse mais j’étais curieux de savoir ce que l’ACT propose pour les psychotiques et à quoi ca peut servir (d’autant que je galère avec certains psychotiques, moi, donc s’ils ont des billes je prend)

Il a été démontré que les TCC classique, quand elles sont accompagnées d’un traitement pharmacologique adapté pour la psychose, est efficace.
Le but de l’ACT avec la psychose, c’est de modifier la relation qu’on entretien avec les symptômes, plutôt que de chercher à les réduire ou les contrôler.
Deux précédentes publications avaient montré que l’ACT permettait de diminuer… le niveau de croyance en les symptômes (?) et le nombre de réhospitalisations, entre autre. Mais bon. C’est un peu mou du genoux tout ca.

***

Öst, L. G. (2014). The efficacy of Acceptance and Commitment Therapy: an updated systematic review and meta-analysis. Behaviour research and therapy61, 105-121.

C’est encore moi !!! je suis de retour pour vous jouer un mauvais tour. Vous vous souvenez de ma méta analyse en 2008 ou je disais que l’ACT bon c’était pas ouf niveau validité? Bah aujourd’hui je vais pas vous dire que l’ACT c’est de la merde, je vais vous dire que c’est de la GROSSE MERDE. Hehe. Non seulement il ne se sont pas amélioré au niveau de leurs méthodes d’évaluation, mais en plus c’est même moins bien!
Et puis quand on compare l’ACT aux autres formes de TCC, certes, il y a un effet, MAIS HEIN c’est pas significatif. Donc NON l’ACT c’est pas mieux que les TCC classiques. Grrr.
Je le dis et le répète: l’ACT n’est pas encore réellement empiriquement validée.

Non môsieur je n’ai aucun conflit d’intérêt moi môsieur, je ne vous permet pas de me faire un procès d’intention môsieur. Assume les résultats de la science. Je suis un scientifique. J’ai donc raison. L’ACT c’est caca. Faites des TCC c’est mieux et c’est plus solidement validé.

Juste pour info, sur le Wiki (traduit en FR par Google) du monsieur:

Lars-Göran Öst , né en 1945 , est professeur émérite de psychologie clinique à l’Université de Stockholm et psychologue agréé . Il est connu pour ses recherches sur l’efficacité de diverses formes de psychothérapie et est un partisan de la thérapie cognitivo-comportementale . Il a mis au point un traitement unique contre la phobie spécifique , qui est maintenant le traitement recommandé. 

Aurais tu les fouettes que ton truc passe aux oubliettes, l’ami ?

***

A-tjak, J. G., Davis, M. L., Morina, N., Powers, M. B., Smits, J. A., & Emmelkamp, P. M. (2015). A meta-analysis of the efficacy of acceptance and commitment therapy for clinically relevant mental and physical health problems. Psychotherapy and Psychosomatics84(1), 30-36.

L’ACT c’est mieux que l’effet placebo, la liste d’attente et le « TAU » (je sais toujours pas ce que c’est désolé). On a pas trouvé de différence significative entre l’ACT et les TCC classiques. La routine quoi.

***

Lee, E. B., An, W., Levin, M. E., & Twohig, M. P. (2015). An initial meta-analysis of Acceptance and Commitment Therapy for treating substance use disorders. Drug and alcohol dependence155, 1-7.

L’ACT semble un mode d’intervention prometteur pour les troubles liés aux substances. L’ACT semble un peu mieux que les TCC classiques mais rien de significatif.

***

Hacker, T., Stone, P., & MacBeth, A. (2016). Acceptance and commitment therapy–Do we know enough? Cumulative and sequential meta-analyses of randomized controlled trials. Journal of affective disorders190, 551-565.

Bon nous on s’est concentré sur l’anxiété et la dépression, en utilisant la technique de l’analyse séquentielle (je sais pas ce que c’est) pour évaluer la fiabilité des preuves actuelles de l’efficacité de l’ACT.
Du coup on pense qu’il n’y a pas suffisamment de preuves actuellement pour conclure que l’ACT est réellement efficace pour l’anxiété quand on compare à la condition du groupe « contrôle actif » ou comme traitement de prédilection pour l’anxiété. Et c’est pareil pour la dépression.

***

Linardon, J., Gleeson, J., Yap, K., Murphy, K., & Brennan, L. (2019). Meta-analysis of the effects of third-wave behavioural interventions on disordered eating and body image concerns: implications for eating disorder prevention. Cognitive behaviour therapy48(1), 15-38.

De toutes les thérapies dite de troisième vague, celle qui était la plus efficace était la DBT (Dialectical Behavioral Therapy)
Au passage, voici la liste de toutes les approches de 3e vague de thérapie:
– ACT (Acceptance and Commitment Therapy)
– DBT (Dialectical Behavioral Therapy)
– CFT (compassion focused therapy)
– FAP (Functionnal analytic therapy)
– ST (Schema therapy)
– MT (Metacognitive Therapy)
– MBCT (Mindfulness Based Cognitive Therapy)

***

Reeve, A., Tickle, A., & Moghaddam, N. (2018). Are acceptance and commitment therapy-based interventions effective for reducing burnout in direct-care staff? A systematic review and meta-analysis. Mental Health Review Journal23(3), 131-155.

Il semble que l’ACT soit pas mal efficace pour diminuer le stress avec le groupe des stressés. Par contre ca a pas amélioré l’état de ceux qui étaient en burnout.

***

Hasannezhad Reskati, M., Mirzaian, B., & Hosseini, S. H. (2018). A Systematic Review and Meta-analysis of Acceptance and Commitment Therapy on Mental Health and Quality of Life of Women with Breast Cancer. Journal of Mazandaran University of Medical Sciences28(167), 192-207.

Alors nous on a fouillé plein de bases de données sur le sujet: Science direct, Scopus, Pubmed, Google Scholar, SID, Mag iran, Iran doc, Medex et Cochrane. C’est autre chose que toi qui utilise juste Google scholar, feignasse ! :p

L’ACT peut aider les patients atteints de cancer du sein à accepter leur maladie, réduire l’anxiété et la dépression, améliorer leur qualité de vie. Après bon nous on se base que sur 8 études et des petits échantillons, c’est pas oufissime.

***

Voila pour les 10 premières pages de Google Scholar, désolé si ma méthode de recherche vous parait pas terrible, mais j’ai envie de dire que c’est mieux que rien!

Dans tous les cas, il est difficile d’avoir une validité solide comme le roc dans la littérature quand une thérapie fête seulement ses 20 ans cette année (2019). Plus on aura de recul plus on pourra en définir les potentialités et les limites.

Elle a selon moi le mérite d’être une approche qui repose sur des bases rigoureuses, connues et assumées, et elle est volontairement soumise à une analyse critique approfondie.

Voila, j’espère que ca vous donne des repère sur ce que ca vaut d’un point de vue validation empirique. Moi, en tout cas, ca m’a aidé à mieux comprendre comment elle était perçue par la communauté scientifique. Et ca m’a permis aussi de comprendre que, ma foi, faire de la recherche bibliographique ca prend plus de 5 minutes si on veut pas croire le permier type lambda venu et ca s’apprend (ou se réapprend).

En l’occurence, les deux premiers articles sur lesquels je suis tombé étaient deux articles d’un même type qui critiquait l’ACT. Si je n’avais lu que ca, ou que je m’y étais arrêté, j’aurai pu me dire que l’ACT c’est pas ouf. Mais en creusant un peu plus, je me suis rendu compte que la plupart des études disent plutôt que l’ACT est à peu près aussi efficace que les TCC classiques. Il y en a même qui disent que c’est un peu plus efficace mais de manière non significatives… A voir ce que ca donnera dans les décennies à venir. En tout cas, ca me rassure et me conforte dans ma volonté de m’y intéresser en pratique, et pas uniquement en théorie…

S’il y a des études qui vous paraissent importantes et que je mentionne pas du tout, si je fais des contresens ou autre, dites le moi. A présent, je m’en vais reprendre mon article sur les 6 processus centraux de l’ACT !

 

Sources en PDF:

2006 butler2006 The empirical statut of TCC

2007 forman2007 Randomized effectivemns trial of ACT and CT for anxiety and depression

2008 Ost 2008 Efficacity of third wabe of behavioral therapy

2009 gaudiano2009 Ost 2008 comparison of ACT and CBT matching apple with oranges

2009 Levin_2009_Is ACT superior to establish treatment comparison

2009 powers2009 ACT meta analysis

2009 pull2009_Current empirical statuts of ACT

2010 hofmann2010 empirical status of the ACT

2012 arch2012 randomized CBT vs ACT for mixed anxiety disorder

2012 Ruiz_2012_ACT vs BCT systematic review and meta analysis of empirical evidence

2013 bach2013 ACT for psychosis. Intent to treat, hospi and mediation by believability

2014 Ost 2014 The efficacity of ACT meta analysis

2015 a-tjak2015 meta of ACT for mental and physical health pb

2015 lee2015 An initial meta analysis of ACT for treating substance use disorders

2016 hacker2016 ACT. Do we know enough. Cumulative and sequantial meta analysie of randomized controled trials

2018 linardon Meta analysis of 3 wave on TCA and body image

2018 reeve_ Are ACT intervention effective for reducing burnout in direct care staff. Meta analysis

2018 Reskati Meta analysis of ACT on health of women with breast cancer

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s